Les 9 nouveaux membres de la Commission nationale des droits de l’homme (CNDH), élus le 15 mars 2024 par l’Assemblée nationale conformément aux dispositions légales, ont prêté serment devant le bureau de l’Assemblée nationale, mercredi 17 avril 2024, après avoir été nommés par décret présidentiel sur rapport du ministre chargé des relations avec les institutions de la République.

Cette prestation de serment s’est déroulée en présence de Yawa Djigbodi Tsègan, Présidente de l’Assemblée nationale et de Pacôme Adjourouvi, ministre des droits de l’homme, de la formation à la citoyenneté et des relations avec les institutions de la République.

Sur convocation de la Présidente de l’Assemblée nationale, chaque membre de la Commission, la main droite levée, a donc prêté serment en ces termes : « Je jure de bien et fidèlement remplir ma mission comme prévue par la Constitution et la loi, de l’exercer en toute impartialité et indépendance, d’assurer sans défaillance les devoirs qu’elle m’impose et de garder le secret des informations et des délibérations ».

 A la suite de cette prestation, la Présidente et le bureau de l’Assemblée nationale ont dit avoir pris acte de cet engagement et qu’il en sera dressé procès-verbal. Par ailleurs, ils ont exhorté les membres à un exercice loyal et responsable de leurs missions.

Pour la Présidente de l’Assemblée nationale, « la prestation de serment des membres de la Commission est un engagement républicain pour la consolidation de l’état de droit dans notre pays ». 

Pour rappel, la Commission est composée de neuf (09) membres, suivant les dispositions de l’article 7 de la nouvelle loi organique portant composition, organisation et fonctionnement de la CNDH dont, au moins, quatre (04) personnalités de chaque sexe, ayant des compétences pratiques avérées, dans les domaines suivants : droit et justice, sciences humaines, santé, défense des droits de l’homme, protection de l’environnement.

Il s’agit de, KOLANI Nakodjoua pour le compte de « Protection de l’environnement» ; ADJODI Anabadédi pour le compte de « la santé » ; ATTISO Afi et KODJO Gnambi Garba pour le compte de « droit et justice » ; AISSA-ASSIH Tembe pour le compte des « Sciences humaines » ; AZAMBO Badabossia, BOURAIMA Adjidjatou,  KADJA Abalodjam, SANVEE Obini Didi pour le compte de «défense des droits de l’homme ».

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *