La course à l’électorat se poursuit pour le compte des élections législatives et régionales 2024 depuis le 13 avril dernier.

Dans la journée du mercredi 17 avril 2024, après le village Lankouvi dans la matinée, la candidate indépendante de la liste «Forêt Sacrée», Eyi Semekonawo, a animé un autre meeting dans l’après-midi à Ségbé où elle est accueilli avec ferveur à l’image de toutes les localités où elle bat campagne.

Comme toujours, la Candidate indépendante, Princesse Eyi Semekonawo, a dans sa prise de parole expliqué son projet de société axé sur 5 programmes à la population qui, a été réceptive surtout quand elle aborde le programme de l’autonomisation économique et financière des femmes.

«Si la femme est financièrement et économiquement autonome, le foyer va bien voire très bien. Alors, nous ferons tout pour vous aider à être financièrement autonome », a laissé entendre, la Princesse Eyi Semekonawo.

Elle invite aussi les femmes à participer à la vie publique et politique.

La candidature de la Princesse Eyi Semekonawo reçoit aussi plusieurs soutiens entre autres, la diaspora et aussi de son époux membre de la diaspora et de la société civile.

«Je supporte la candidature de la Princesse Eyi Semekonawo car, derrière une femme forte, il y a un homme et je suis cet homme pour le soutenir et j’invite les populations à faire de même.

Faites le bon choix, faites le vote utile, le bon vote. Mobilisez-vous pour porter votre soeur, votre fille en votant la liste Forêt Sacrée», a indiqué Adom Orphé, membre de la diaspora et de la société civile.

Le projet de société de la candidate indépendante, Princesse Eyi Semekonawo, est axé sur 5 programmes notamment, l’autonomisation économique et financière de la femme, l’employabilité des jeunes, les infrastructures sanitaires, l’éducation.

Faisant le bilan de la journée du mercredi 17 avril après les meetings dans les deux villages à savoir Lankouvi et Ségbé, Princesse Eyi Semekonawo se dit très satisfaite de la mobilisation et de l’adhésion des femmes et de tous partout où elle passe.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *