<< Lutte contre les discriminations faites aux femmes : liquidation des régimes matrimoniaux à la dissolution du mariage >>, c’est sur ce thème que la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) a réuni vendredi 8 mars à l’Église des Assemblées de DIEU de Lomé II à Lomé, le ministère des femmes des Églises des Assemblées de DIEU du Togo, pour marquer la célébration de la journée internationale des droits de la femme.

<< Le ministère des femmes des Églises des Assemblées de DIEU du Togo étant un groupe très grand, nous avons voulu spécialement que le message que nous avons puisse atteindre une cible importante. C’est pour cela que nous nous sommes approchés de nos soeurs des Églises des Assemblées de DIEU >>, a laissé entendre Jacqueline Afi Atitso, Vice-présidente de la CNDH.

Cette année les Nations-Unies ont retenu comme thème, << Investir dans les femmes, accélérer le rythme >>, mais le mandat de la CNDH étant la promotion et la protection des Droits de l’Homme, les responsables de cette institution des Droits de l’Homme au Togo ont réadapté le thème de l’année par rapport à une question qui tient particulièrement à coeur à la CNDH, celle de la liquidation des régimes matrimoniaux à la dissolution du mariage, d’où le thème << Lutte contre les discriminations faites aux femmes : liquidation des régimes matrimoniaux à la dissolution du mariage >>.

<< On dit d’ordinaire que la plus belle fille ne peut donner que ce qu’elle a. Et donc, ce que nous nous savons faire, c’est l’éducation des Droits de l’Homme. C’est la sensibilisation et la formation sur les différentes questions des Droits de l’Homme et c’est pour ça que nous avons orienté le thème sur la question des Droits de l’Homme >>, a indiqué Jacqueline Afi Atitso.

<< Ce choix a été guidé par la nécessité pour nous de lutter contre les violences et les discriminations dont les femmes sont l’objet à la fin ou la cessation du mariage, soit par divorce, par séparation du corps ou par décès >> a-t-elle ajoutée.

Pour sa part, Martine Koumai, pasteure et présidente nationale des femmes des AD pense que le motif de ce thème est que les femmes des Églises des Assemblées de DIEU du Togo sont aussi victimes et doivent être outillées pour qu’elles connaissent leurs droits et agir selon leurs droits , les réclamer d’autant plus que généralement, les femmes chrétiennes vivent dans la soumission totale dans leur foyer.

Selon les responsables de la CNDH, la lutte pour les droits de la femme est une lutte de longue haleine. Ce qui freine l’éclosion des droits de la femme est lié aux stéréotypes, à la persistance des pesanteurs culturelles et sociologiques. Cette lutte ne se gagne pas en un jour. C’est pour cela qu’il faut se battre continuellement jusqu’à l’atteinte des objectifs escomptés.

À l’endroit des femmes à l’occasion de la célébration de la Journée Internationale des droits de la femme, la Vice-présidente de la CNDH les a invitées à s’approprier des textes qui protègent leurs droits car le gouvernement a fait de très bons efforts en matière de législation, et cette semaine seulement, le Togo a été classé comme premier pays au monde en terme de réformes sur les questions des droits de l’Homme. Alors, il appartient aux femmes de saisir ces opportunités, de s’approprier tous les efforts pour pouvoir revendiquer leurs droits.

[Pour vos besoins de reportages et de publicités, contactez le site web actubilan.tg au 00228 90 08 58 17].

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *