Le festival des divinités noires qui a débuté le 12 janvier dernier a pris fin Dimanche 14 janvier 2024.

Ces 3 jours ont été marqués par des rituels, des danses et des caravanes à Glidji, et à Aného à la place Acofin.

L’apothéose de cet événement a été essentiellement marquée par la prière indienne de l’Association Internationale pour la conscience Krishna ( AICK-TOGO), suivie de la dégustation des plats indiens composés de riz cantonais, etc.

 À la suite, le chant  du mantra  » Hare Krishna  » a été exécuté.

Cette journée dédiée à l’Inde a été aussi marquée par la prestation des kélégbéto.

Pour les organisateurs du festival, l’invitation de la Collectivité indienne n’est pas qu’une simple invitation mais plutôt, le courronement d’un lien qui existe entre les divinités noires africaines et indiennes.

Selon les organisateurs dudit festival, souvent dans nos couvents, on retrouve des images des dieux qui sont pour la plupart des divinités indiennes; aussi, il y’aurait une rivière au Ghana où chaque année les indiens viennent faire des rituels à l’une de leur Déesse.

<< Le bilan de cette édition est extrêmement positif, la population a répondu présent et nous sommes satisfaits. Notre objectif principal pour cette 9éme édition était l’animation, faire en sorte que la population revienne et nous pouvons dire qu’il est atteint surtout avec la participation du Ministre de la culture Kossi Gbényo Lamadokou à l’ouverture; le roi Nana, le prince régent Folly bébé et le roi Agboliagbo d’Abomey >>, a indiqué maître Wilson Têtê Bahun Notaire de profession et président de l’association Acofin.

Un festival globalement réussi après 10 ans.

Richard MAGLO 

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *