Du 20 au 22 octobre 2023, la vibrante ville de Lomé au Togo a servi de toile de fond à << Lomé Peace and Security Forum >> (LPSF), une assemblée novatrice qui a transcendé les frontières, les disciplines et les horizons. Cet événement historique a réuni un ensemble diversifié de dirigeants politiques, chercheurs, décideurs, praticiens et jeunes, représentant une myriade de perspectives et d’expériences d’Afrique, d’Amérique, d’Asie et d’Europe. La diversité géographique des panélistes a constitué une source de richesse pour les débats, conférant au LPSF une dimension authentiquement internationale et, surtout inclusive.

Au cœur de cette rencontre sans précédent se trouvait le thème central, « Comment renforcer les transitions politiques vers la gouvernance démocratique en Afrique. » Sur le fond serein de Lomé, une ville réputée pour sa tradition de paix, de médiation, de dialogue et de tolérance, le forum s’est déroulé sur trois jours à l’Hôtel 2 Février.

Suivant les principes de l’Arbre à Palabre africain, un espace traditionnel dédié au dialogue social inclusif où chaque membre de la communauté a le droit de s’exprimer, le LPSF a donné la parole aux représentants d’organisations régionale et internationales, aux chercheurs et aux représentants des organisations de la société civile ainsi qu’aux ministres des pays en transition politique, tels que le Burkina Faso, le Tchad, le Mali et le Niger.

<< L’une des erreurs que les dirigeants africains commettent, c’est d’accepter les concepts qui leur sont imposés par ceux qui veulent continuer à dominer l’Afrique. L’Afrique a pris la décision de s’approprier ses problèmes et d’en trouver des solutions africaines. C’est un cadre d’échanges francs qui envoie à une réflexion judicieuse pour des solutions perennes pour l’Afrique. Il faut une plus grande solidarité entre les Etats africains et aussi, que  l’Afrique puisse en toute souveraineté décider de son sort et au delà qu’on puisse adopter cet aspect de la démocratie tant évoquée au contexte africain. Quand nous voyons des États qui nous prouvent qu’ils ont eu de longues parcours et ça intègre aussi les aspects socio-politiques et leurs réalités, il faut que l’Afrique aussi puisse intégrer ses réalités dans  ce processus qui lui a été brusquement imposé. Les facteurs sont légions. Tantôt des aspects historiques, l’Afrique a été victime de l’esclavage, du colonialisme, du néocolonialisme et à une persistance à imposer à l’Afrique un certain rythme qui ne cadre pas forcément avec ce que les africains veulent et doivent prendre comme décision. C’est des aspects qui fragilisent et, au delà, il faut intégrer l’aspect socioculturel avec cette jeunesse africaine qui a décidé de prendre sa destinée en main et aussi pouvoir s’affranchir. C’est autant d’aspect qui font qu’il y a des soubresauts par moment et au niveau politique et social, il faut aussi que l’Afrique qui regorge de toutes sortes de potentiels et de potentialités puisse aussi faire bénéficier à sa population de ses richesses naturelles et aussi, que la bonne gouvernance soit de mise >>, a expliqué Olivia Ragnaghnewendé Roumba, désormais Ex ministre des Affaires Étrangères du Burkina Faso.

Le LPSF a transcendé les limites conventionnelles du discours en favorisant des réponses intersectorielles à la question centrale: Comment renforcer les transitions politiques vers la gouvernance démocratique en Afrique ? Les participants ont affirmé courageusement leurs positions, engageant un dialogue qui a non seulement identifié les faiblesses et les lacunes des approches actuelles, mais s’est surtout concentré sur des solutions innovantes et des domaines d’amélioration.

<< Il n’y a aucun mal à vouloir le meilleur pour son continent. Nous rêvons d’une Afrique qui s’affirme comme un pôle de pouvoir et une actrice majeure des relations internationales >>, a indiqué Prof Robert Dussey, Ministre des Affaires Etrangères, de l’Intégration Régionale et des Togolais de l’Extérieur.

La première édition de LPSF a distillé la multitude d’informations partagées et des échanges qui ont eu lieu. En reconnaissant les multiples défis et opportunités explorés lors du LPSF, il cherche à faire écho des principales discussions du Forum sur les défis de la gouvernance démocratique et de la paix durable en Afrique, fournissant ainsi une base informative pour stimuler une réflexion approfondie. Les sections suivantes  examinent de près les explorations thématiques du forum, offrant une synthèse globale des idées clés et des recommandations issues de cette assemblée novatrice.

[Pour vos besoins de reportages et de publicités, contactez le site web actubilan.tg au 00228 90 08 58 17].

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *